top of page

SORCE : protection, restauration et surveillance de l'écosystème des récifs coralliens

Contactée pour y passer quelques semaines en tant que volontaires en Indonésie, SORCE avait malheureusement son quota de volontaires pour septembre / octobre mais pouvait néanmoins nous accueillir le temps d'une journée pour nous présenter leurs projets.


SORCE (pour Sustainable Oceanic Research, Conservation and Education) est une association anglaise créée en 2016 par Kara et Mike, couple de scientifiques autant passionnés par l'étude scientifique de la biodiversité marine qu'émerveillés par tous les trésors que la nature peut nous offrir. Ils sont épaulés dans leurs tâches quotidienne par Izy qui gère l'endroit d'une main de maître et Raja, qui gère l'équipe scientifique et aura été notre guide le temps d'une journée.





Une dizaine de personnes, scientifiques ou volontaires en formation, passent leur journée à observer, étudier, analyser, résumer et partager les différentes activités menées dans ce lieu paradisiaque, un bout de terrain de la péninsule de Sekotong / Lombok, au bord de la mer face à un chapelet d'îles dignes de Robinson Crusoé. Un lieu aménagé dans le respect des traditions locales, de la nature (et du bon goût). Mais à quoi s'affaire toute cette fine équipe ?





SORCE s'intéresse principalement à l'écosystème des récifs coralliens dans son ensemble, composé, bien évidemment, des récifs coraliens eux-mêmes, des herbiers (algues) et de la mangrove. Cet écosystème représente un véritable hotspot biologique à l'échelle mondiale (notamment en Indonésie et aux Philippines) car, avec les forêts tropicales, il représente l'écosystème le plus riche le plus productif de la planète.


Si leurs travaux sont originairement tournés vers l'étude, la protection et la restauration de récifs coraliens (nous y reviendrons ci-dessous), ils ont progressivement inclus la mangrove dans le périmètre de leurs travaux d'étude et de protection.


En effet la mangrove remplit des fonctions clés pour sauvegarder l'environnement et préserver les écosystèmes maritimes.

Si elle a une fonction biologique évidente, abritant crabes, poissons et autres oiseaux, leur fournissant "couvert et logis", la mangrove est aussi un véritable rôle physique de protection du littoral. D'un côté elle fixe le sol, évitant ainsi l'érosion des côtes, et agit comme une véritable barrière pour éviter que les déchets ne s'éparpillent dans la mer et, de l'autre, elle agit comme un amortisseur de vagues en cas de grosse tempête ou de tsunami.

Toutes ces fonctions elle les assume tout en agissant comme un des 3 meilleurs éco-systèmes au monde pour capter le CO2 (un hectare de mangrove peut stocker jusque 1000t de CO2 vs 300 t pour une forêt tropicale classique) : le bois de palétuvier est un bois dense à croissance rapide, sa croissance s'accompagne d'une production importante de litière (bois mort, branche et tronc mort) et ils poussent généralement à l'embouchure de rivières où ils agissent comme une éponge à déchets organiques.





C'est ainsi que SORCE a décidé de lancer un chantier de reforestation de Mangrove sur différents sites à proximité de leur centre. La reforestation nécessite plusieurs étapes : recueillir les graines de mangrove, les planter dans un pot dans la "nursery" (à l'abri du soleil et avec un soin particulier à l'arrosage) et ensuite planter les jeunes mangroves (1 an environ) dans le sol. Il est important de planter pendant la saison des pluies pour que la jeune pousse s'enracine correctement, d'où l'importance d'un suivi méticuleux des plantations faites.


Identifier les propriétaires de parcelles et les convaincre à accepter de re-planter de la mangrove sur leur terrain est un réel obstacle pour mener à bien leur mission.


Bien entendu, le cœur de leur action reste la restauration de récifs coraliens, avec un système propriétaire de fixation des jeunes pousses de corail sur le sol (notamment en cas de forte pente). Là encore et comme pour la permaculture, l'étude et l'observation des écosystèmes sont clés pour avoir une restauration qualitative, ie que les plants prennent correctement et dans la durée. On parle bien ici de restauration : on ne fait pousser des coraux que là où il y avait des coraux afin de respecter la biodiversité existante.





Lors de notre passage, le spectacle de tous ces volontaires en train d'étudier les photos de sites sous-marins, de rédiger des résumés de plongées d'observation, de préparer le briefing de la plongée suivante faisait plaisir à voir : tout ce petit monde en ordre de bataille pour rendre la nature meilleure. Tous des graines d'espoir !


Enfin, il est important de noter que ces actions sont bien évidemment réalisées avec le soutien de la population locale (dont ils emploient quelques personnes) et qu'ils mettent un point d'honneur à partager leurs travaux de vulgarisation locale avec la population locale. Une façon de progressivement faire prendre conscience et changer les comportements !


Félicitations à tous !

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page