top of page

On pose nos valises un mois à Moorea

Fidèles à notre logique de s'imprégner des pays que nous traversons, nous décidons de nous arrêter un mois à Moorea, île qui nous parait avoir tous les atouts pour un séjour un peu plus long : de nombreuses possibilités de randonnée ou d'autres activités, des plages magnifiques et un peu d'animation.


La mise en relation avec l'association locale Moorea Biodiverstié nous permet aussi d'apporter un peu de diversité (sans mauvais jeu de mots) dans nos semaines en les ponctuant de journées de ramassage de déchets, de lutte contre les invasifs ou d'entretien du sentier des guetteurs à côté du Fare Natura. Ces activités "utiles" sont aussi l'occasion de rencontrer des locaux qui ont décidé de consacrer une partie de leur vie à l'amélioration du cadre de vie de tous les habitants de Moorea. Comme souvent, ce sont des gens intéressants avec des valeurs de partage, de solidarité et de bienveillance qui nous accueillent et prennent le temps de mettre du sens derrière leurs actions. De belles rencontres !





Finalement, notre pari a été une vraie réussite ! Nous avons trouvé une petite maison (avec piscine ;) ), à 500m à pied de la plage de Temae, une longue plage de sable blanc et cocotiers bordant un lagon turquoise qui sera le lieu de nos baignades et snorkelings quotidiens. Une eau limpide qui nous offre en spectacle des requins pointe noire, des raie aigle ou pastenague et même quelques tortues qui viennent nager au milieu des coraux multicolores et des bancs de poissons tropicaux. Nous nous y sentons bien !





Notre vie locale est d'abord rythmée par des nombreuses balades dans les reliefs de l'île, qui permettent à chaque fois de découvrir de nouveaux points de vue sur le relief déchiqueté de la caldeira, sur la jungle épaisse qui couvre les montagnes de l'île ou sur les lagons aux milles nuances de bleu qui séparent l'île de l'océan. Ces journées s'agrémentent aussi de routines agréables comme notre rituel "plage" en fin d'après-midi, les jeux de carte ou de société avec les enfants et les journées associatives, tant de routines qui nous permettent de nous sentir un peu chez nous dans ce petit paradis !



Puis, progressivement, notre quotidien s'anime au fil des rencontres. D'abord ce sont Joséphine et Aimery (Joséphine est la grande soeur d'une de mes amies au lycée) et leurs enfants, puis Tiphène et Manuel et, enfin, Sarah et Wassim que nous rencontrons sur la plage et avec qui nous sympatisons rapidement. Ces rencontres créent autant d'occasions pour jouer pour les enfants, faire des activités ou faire la fête à la maison ! Apéros, crepe party et diners festifs n'ont pas manqué dans ce mois de mai ponctué d'anniversaires (celui de Manuel et le mien) : France et les enfants me préparent une surprise au Sofitel pour trinquer à mes 38 bougies, inoubliable !



Tous ces enfants ont créé une sacrée bande débordante de vie et dimagination pour s'inventer des mondes peuplés de pirates et de monstres dont ils se protégeaint en construisant des cabanes dans les arbres qui bordent la plage de Temae. Une vie simple et douce qu'ils ont pu vivre librement dans ce cadre paisible .



Quel bonheur nous avons eu à aller voir le spectacle des requins dormeurs qui accompagnent le bateau au retour de sa pêche, à grimper à la cascade d'Afareitu ou aux 3 cocotiers, à prendre une glace (offerte par Alice) après une balade sur les sentiers du lycée agricole, à assister aux messes (interminables...) du dimanche matin ou tout simplement à regarder toutes ces familles polynésiennes qui viennent profiter des joies de la plage le week-end avec leur glacière et leur barbecue !




C'est une tranche de vie polynésienne que nous avons croqué à pleines dents et qui, malgré ce mois passé ici, nous parait presque être trop peu !



2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page