top of page

Ollie et Nat, retrouver le son des oiseaux

"A la boite aux lettres bleue et jaune, prenez le chemin à gauche et roulez pendant 1 km, la montée est intimidante mais franchissable par la plupart des véhicules, même deux roues motrices." Le décor est planté, on espère que notre Toyota Wosh sera comme "la plupart des véhicules"... Tout se passe très bien au début de la montée jusqu'à ce que le 4x4 que nous suivons s'arrête en plein milieu de la pente ! Natalya, notre hôte, sort de sa voiture et vient nous expliquer où nous garer une fois arrivée à la maison. Elle repart comme une fleur, notre bolide peine à vaincre la gravité mais arrive à bon port après avoir fait un beau nuage de poussière dans toute la vallée.


Cette vallée, c'est celle d'Ollie et Nat qui nous accueillent pendant 2 semaines en tant que Wwoofers (on les aide dans différentes tâches de leur projet et ils nous hébergent) : 18ha de collines somptueuses surplombant le village de Motueka et la baie de Nelson, au bord du parc Abel Tasman en Nouvelle-Zélande.



Nat nous fait tout de suite sentir qu'on est ici chez nous, qu'on fait partie de la famille, une vraie chaleur humaine et un sens de l'accueil qui ne trompent pas. Cette hospitalité, elle la partage avec son mari, Ollie, que nous rencontrons un peu plus tard. On sent qu'ils sont profondément sensibles aux relations véritables et sincères et au bien-être des wwoofers qu'ils hébergent. On comprend vite pourquoi les avis de la communauté des wwoofers sur leur expérience ici sont aussi dithyrambiques.



Mais au-delà de l'accueil et leur gentillesse, ce qui nous avait principalement poussé à les contacter pour les accompagner, c'est le sens qu'ils donnent à leur projet de vie.


Ollie est tombé dans le 7ème art quand il était petit et en a fait son métier. Dès ses débuts en tant qu'éditeur pour The Discovery Channel, il a développé une passion pour la nature en général et les arbres en particulier. De pages en pages, de conférences en conférences il a nourri cette passion et a appris à découvrir et comprendre le monde qui l'entoure, mais aussi, les menaces qui assombrissent son horizon.


En mai 2019, un rapport de l'IPCC annonce que si nous ne faisons rien, plus d'un million d'espèce disparaitraient de la surface du globe dans les 20 prochaines années. Pour Ollie, c'est le coup de grâce ! Sans tarder, il sort de chez lui, achète une planche de bois et de la peinture et confectionne une pancarte proclamant "declare climate emergency now". Sans réfléchir aux considérations "matérielles" (manger, boire, dormir...), il décide de la brandir devant le parlement néo-zélandais. Pendant 100 jours consécutifs, il était là, à braver les éléments, à essuyer les injures et les menaces mais aussi les acclamations et les encouragements des passants. Bientôt, son action courageuse captive l'attention des médias et des réseaux sociaux, propulsant son message au-delà des frontières.


Le 29 septembre 2019, 40 000 personnes l'accompagnaient dans cette lutte silencieuse devant le parlement. Petit à petit les villes néo-zélandaises ont commencé à déclarer l'urgence climatique, et d'autres pays ont emboîté le pas.


Après cet épisode courageux et fructueux, Ollie et Nat ressentent le désir brûlant de donner un nouveau souffle à leur vie : quitter la ville, retrouver la nature et pouvoir se consacrer à sa passion des arbres. Contrairement à beaucoup de personnes, ils ont eu le courage et l'audace de réaliser leur rêve et de franchir le pas !


En choisissant cette propriété, ils ont voulu avoir une vie la plus "autonome" possible, proche de la nature et réduire leur empreinte au maximum en termes de consommation de ressources.


D'un point de vue technique, ça passe par la mise en place d'un système de récupération, stockage et filtrage d'eau de pluie pour pour leurs besoins du quotidien. Malheureusement les 100 000 litres de cuve ne suffisent pas pour passer des épisodes de sécheresse toujours plus intenses, ils pensent donc augmenter la capacité pour pouvoir augmenter le stockage lors des épisodes pluvieux.

Ils produisent aussi leur électricité avec une vingtaine de mètres carrés de panneaux solaires et cultivent une partie de leurs fruits et légumes dans leur verger et potager.


Mais leur projet va au-delà de ce mode de vie "off-grid", l'ambition d'Ollie et Nat est de refaire pousser la forêt primaire native de Nouvelle-Zélande sur ces collines que des décennies de sylviculture ont ravagé, afin de pouvoir y écouter à nouveau le chant des oiseaux.


Un travail colossal qu'ils entreprennent depuis plus de 3 ans sur leur propriété. Avec l'aide des wwoofers, ce sont plus de 10 000 arbres qu'ils ont plantés à ce jour ! Aujourd'hui même si on n'en est qu'au début de cette tâche titanesque, on entend à nouveau le chant des oiseaux dans les collines et des espèces qui avaient disparu des environs commencent à revenir. En complément de la reforestation, ils mènent une politique active de piégeage des mammifères invasifs (comprendre, presque tous les mammifères car il n'y en avait pas sur l'île avant l'arrivée des Maoris et des colons), un important levier pour recréer la biodiversité native.



Ce qui rend ce projet encore plus incroyable à nos yeux c'est leur volonté de partager avec passion ce qu'ils font, ce qui les anime et leur vision des choses. Bien entendu ce partage se fait avec les différents wwoofers qu'ils hébergent mais aussi avec leur famille et leur communauté. Nous avons d'ailleurs eu la chance de pouvoir assister à un de leurs événements sur le thème de la forêt lors duquel ils présentaient ce qu'ils avaient accompli et faisaient intervenir quelques spécialistes sur différentes thématiques, de l'érosion des sols à la diversité des espèces en passant par la sécurité incendie.


A travers toutes ces rencontres, ils sèment des petites graines non seulement dans la terre mais aussi dans la tête et le cœur de chacun d'entre nous en montrant l'exemple et en partageant leur passion !



Mais cette photo de leur projet de vie ne serait pas complète sans mentionner la méditation et le Yoga qui sont au cœur de leur vie (Nat est d'ailleurs coach de Yoga professionnel) et leur permet d'avoir cette approche si douce et bienveillante avec les autres.


La boucle est bouclée :)


Nous avons été émerveillés par cette famille si dévouée pour les autres et notre environnement, un bel exemple dont nous emporterons quelques graines pour notre retour en France !


Ollie, Nat, Merci pour ce que vous faîtes !

31 vues0 commentaire

댓글


bottom of page