top of page

Notre projet avec Usman à Bonjeruk, entre expatriation et "volunteering"


Après ce premier aperçu de l'Indonésie, place au projet qui nous occupera pendant un petit mois dans le village de Bonjeruk, dans la région de Central Lombok.


Nous nous mettons en route sans savoir vraiment ce qui allait nous attendre. Seule certitude, nous avons rendez-vous avec un dénommé Usman, qui coordonne plusieurs initiatives "éco" dans le village. Un homme qui a travaillé pendant plus de 20 ans dans l'industrie touristique, et qui a pu constater, à travers son expérience, que c'était un merveilleux outil de développement, pour peu qu'il soit correctement maitrisé.



En arrivant sur place, l'accueil est des plus chaleureux ! On nous assoit dans un gazebo, sorte de paillote typique, au bord d'un petit bassin et on nous sert un "rosella tea", une boisson locale appréciée des enfants. Nos premières impressions, qui se confirmeront par la suite, sont très positives : Kantin 21, l'endroit où Usman nous accueille, et qui servira de "base" pour nos différentes activités ici, est une retraite paisible. L'endroit est calme, à l'ombre des manguiers et avec une vue imprenable sur les rizières environnantes - qu'on aurait souhaitées plus verdoyantes mais la sécheresse en aura décidé autrement. Un vrai petit hâvre de fraicheur pendant ce mois d'octobre qui aura été parmi les plus chauds jamais enregistrés sur l'île Piment.



Ensuite, direction notre maison, tous entassés à l'arrière d'un pick-up. Le portail s'ouvre sur une cour arborée dominée par une façade massive ombragée par une toiture supportée par d'énormes colonnes en stuck. Un vrai comité d'accueil nous attend : Tya notre voisine, Ina Awan notre femme de ménage, Abah notre chauffeur et Lya qui travaille avec Usman.


La première impression est la bonne, on sera bien ici ! L'intérieur est très propre mais très sommaire : le carrelage est rutilant mais la salle de bain consiste en un simple robinet sur le mur, ici pas de lavabo, et la cuisine est ... inexistante.. Heureusement Tya notre voisine nous prêtera sa gazinière pour qu'on puisse s'échapper de temps en temps du "riz - tempeh - concombre" qui constituera notre nourriture de base à Bonjeruk.



Tya aura grandement participé à faire de notre séjour ici une réussite: elle aura passé de nombreuses heures à s'occuper des enfants, toujours là pour offrir une pastèque, une mangue ou nous faire participer à la vie locale. On sent que notre bonheur (dont celui des enfants) fait le sien !

Alban et Ambroise auront joué des heures avec Maia, sa fille, à "faire du ciment" avec de la terre, à jouer avec les jeux de plage dans le jardin ou à se cacher dans sa petite tente. Chacun parle sa langue mais ils arrivent quand même à se comprendre. Leur langage est décidément universel.



Le lendemain de notre arrivée, nous retrouvons Usman au lieu de notre arrivée, Kantin 21, pour découvrir le programme qui nous attend lors de notre projet. La première impression, qui ne durera pas bien longtemps, est que ce programme semble très structuré. Il a mis en place 5 initiatives dans le village qui requièrent une aide de notre part :

  • Cours d'anglais pour les enfants

  • Bonjor : exploitation en permaculture

  • Centre de collecte de tri

  • Offre d'"eco-tourisme"

  • Restaurant "eco", adossé à Bonjor : Kantin 21


Malgré la diversité des projets, le programme était assez aléatoire et plutôt "light", on était assez loin du métro boulot dodo... Ce qui n'était pas pour nous déplaire, car ça nous laissait pas mal de temps pour jouer avec les enfants, découvrir le village et nous acclimater à la vie locale.



Finalement, nous sommes satisfaits des sujets accomplis.

Donner des cours d'anglais aux enfants a été un réel plaisir pour France et moi, c'est toujours un moment agréable où nos enfants se mélangent dans une classe et peuvent créer quelques liens avec les autres élèves. Nous en avons profité pour leur acheter un peu de matériel afin d'améliorer le confort des étudiants et la qualité des cours d'anglais.

Soucieux de la pollution plastique dans ces pays asiatiques dont la nature est ravagée par cet ennemi sournois, nous étions satisfaits que la ville possède un centre de collecte et de tri des déchets. Ainsi ils avaient l'organisation minimale requise pour que nous leur financions des poubelles de tri à des lieux stratégiques de la ville. Par chance, le seul producteur de poubelle de l'île était à 20 minutes de Bonjeruk, les installations ont donc été assez rapides (après de nombreux décalages de planning, on est quand même en asie...).

Enfin nous avons pu leur donner notre vision de ce que devrait être une offre touristique plus responsable, que ce soit vis-à-vis des touristes qui viennent (gestion des déchets et sensibilisation) que du traitement réservé à tous les partenaires (dont les guides, les commerçants...).



Ce qui est positif, c'est qu'ils ont tous les ingrédients pour faire de ce village un village pionnier dans le tourisme durable et responsable (système de gestion des déchets, présence d'un vrai patrimoine artistique et culturel local, maitrise de l'anglais, infrastructures qualitatives et production de fruits et légumes organique) , il n'y a plus qu'à les mettre en musique de façon coordonné, rythmée et motivée pour créer une dynamique positive.


Quoi qu'il en soit, au-delà du projet, l'expérience en elle-même aura été une vraie réussite pour nous grâce à la vie que nous avons eue, au rythme des marchés, des jeux des enfants et de la découverte d'une culture si éloignée de la nôtre.





Tels des expatriés, nous nous sommes d'ailleurs évadés de notre "home" le temps de 2 week-ends pour découvrir les villages de Sengigi (au bord de la mer) et de Tetebatu (dans les rizières, un peu plus haut dans la montagne). A chaque fois, nous étions heureux de retrouver notre maison, nos voisins, notre Bonjeruk !



Cette étape de Bonjeruk aura été clôturée par une belle fête, pizza party à la maison avec Karaoké, chansons locales et danse avec les enfants. Une super ambiance pour fermer en beauté ce chapitre de notre voyage.


Adieu Bonjeruk ! Maintenant, direction le sud pour découvrir la côte de Kuta - Lombok et la péninsule d'Ekas !

78 vues0 commentaire

Comments


bottom of page