top of page

Les île sous-le-vent, un paradis retrouvé !

Dernière mise à jour : 30 juin

Si la magie Polynésienne avait déjà opéré à Moorea, notre croisière dans les îles sous le vent a fini de nous séduire : les personnes rencontrées, les paysages découverts et la façon de les découvrir sont autant d'éléments qui ont rendu cette expérience unique.


Quoi de mieux que l'océan pour découvrir cet archipel dont les premiers habitants en avaient conquis la myriade d'îles à force de traversées sur leurs traditionnelles Vaa'a, leur permettant de progressivement maitriser les eaux du triangle polynésien.

Naviguer en bateau à voile nous a permis de nous prendre au jeu de la découverte de ces îles encore très sauvages et préservées du tourisme de masse, nous identifiant le temps d'un instant à un Maohi, un Cook ou un Bougainville qui en leur temps ont découvert cette alternance merveilleuse de criques, de baies, de passes et autres lagons au grés du vent et de la topographie des lieux.



Sur l'eau, la vie a une saveur différente. On se lève, on prend les repas et on se couche dans des décors de carte postale avec cette sensation constante de vivre des moments uniques et privilégiés. La vie est douce, bercée par le clapotis du lagon et le souffle des alizés, elle offre mille opportunités d'observation, de méditation, de réflexion intérieure.



Mais pour nous, cette expérience nautique a aussi été ponctuée par toutes ces activités dont notre skipper, Pacôme, avait le secret.


Loin d'être un simple capitaine, Pacôme s'improvisait cuisinier, chasseur sous-marin, pêcheur, guide ou encore véritable GO. Indéniablement, l'expérience n'aurait pas été aussi réussie s'il ne s'était pas plié en 4 pour nous faire découvrir ce qu'il préférait dans l'archipel. Car c'était ça sa vraie force : avec lui pas de faux semblant, il aime partager ce qu'il apprécie réellement.



Les enfants étaient fous de joie quand il a réussi à pêché une bonite à la traine ou un poisson perroquet avec son harpon et nos papilles se sont régalées quand on les a dégustées avec le lait d'une noix de coco ramassée sur la plage et un zeste de citron vert. Nous étions tous excités quand on a changé de cap pour aller observer les dauphins qui jouaient dans la passe : un moment magique où le temps semble suspendu pendant les 5 minutes où les cétacés jouaient avec les vagues faites par les coques du catamaran.



Mais la richesse de notre périple venait aussi de la variété des excursions et des expériences qui ont rythmé notre périple. De la rhumerie à la ferme perlière en passant par la vanilleraie, chacune des visites nous plongeait un peu plus dans la culture polynésienne en nous faisant rencontrer des personnes tout aussi passionnantes que passionnées.



Le point d'orgue de cette croisière est indéniablement ce moment passé avec les siens dans la baie de la ferme perlière Campion de Ta'ha, cette opportunité qu'il nous a offerte de venir assister à la fête de l'école de sa fille et cette après-midi où on a pu faire le plein d'activités avec son fils et ses amis ! Initiation à la voile en optimiste pour les plus jeunes, foil pour les plus aguerris ou tout simplement leçons de plongeons depuis le ponton, il y en avait pour tous les âges et les goûts. Sans oublier le paddle tracté en annexe qui était une autre activité dont il avait le secret et qui a permis aux enfants de prendre leurs marques : l'été prochain dans le midi ce sera monoski direct !


Bref on ne s'est pas ennuyés sur ce catamaran et même l'absence d'activité (ce qui nous arrive normelement assez rarement) était un prétexte pour s'imprégner du décor, pour ne pas rater une miette du spectacle de nature qui s'offrait devant nous.



Si l'archipel de la société nous a séduit, Huahine a été notre véritable coup de cœur, mêlant une nature à couper le souffle avec l'authenticité et la gentillesse de ses habitants. Imaginez un coucher de soleil avec Modestie, cette Polynésienne qui se laisse flotter au grés des ondulations de la mer, rigolant et chantant des airs traditionnels au son du Ukulele que son mari joue sur la jetée ; ressentez l'ambiance qui règne dans ce petit port et cette guinguette aux airs de bout du monde qui sert des poissons crus cocos au bord du lagon ; écoutez ces rires d'enfants, de femmes et d'hommes qui fêtent la fête des mères jusqu'à la tombée de la nuit. Ces souvenirs nous ont marqué. Espérons que le temps ne les effacera pas trop pour qu'on puisse s'y raccrocher de temps en temps lors de notre retour en France, lors de notre retour dans cette vie à cent à l'heure qui nous attend surement.



Nous quittons le bateau et les lagons de Bora Bora le cœur serré. Après une courte transition de quelques jours à Tahiti qui nous permet de revoir Hervé et Hélène et de nous approcher de la vague mythique de Teahupoo, nous nous envolons pour la Californie, encore envoutés par ces deux mois passés au Fenua !



3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page