top of page

Charlotte et Heike de Peduli Alam - "Protéger la nature"

Dernière mise à jour : 13 déc. 2023


Charlotte est arrivée à Bali en 2008. Horrifiée par la vision de femmes qui se lavent dans une salle de bain publique remplie de déchets, elle prend conscience qu'elle ne peut pas laisser les villageois détruire leur environnement et leur santé et décide donc rapidement de mettre son énergie au service de cette cause. En 2009, l'association Peduli Alam (protéger la nature en Bahasa) était née !


Contrairement à d'autres initiatives que nous avons pu voir où les déchets sont collectés en mer ou dans les rivières, elle décide de s'attaquer au problème à la source, là où les emballages deviennent déchets : à la sortie des maisons.


Ainsi, elle commence à monter un réseau de collecte de déchets dans les parties rurales aux alentours d'Amed. Les challenges sont nombreux : trouver le bon récipient durable et qu'on ne vole pas, organiser les tournées de collecte de façon récurrente et fiable et gérer ensuite les déchets. L'activité de l'association est en forte croissance, jusqu'à avoir une cinquantaine de points de collecte répartis sur un territoire de plusieurs dizaines de kilomètre carré autour d'Amed (notamment dans les villages ruraux et moins accessibles des villages avoisinants).

C'est aujourd'hui plus de 1000 familles qui utilisent le réseau de collecte de Peduli Alam, pour un total de 23 tonnes de déchets collectés par mois.



Rejointe en 2014 par Heike, qui nous a accueillis chaleureusement à Amed, plusieurs autres actions sont menées par l'association.


A la collecte des déchets, Charlotte et Heike ajoutent l'upcycling des emballages plastiques en les transformant en sacs à main, porte clé, porte-monnaie... avec une touche originale assez déco. Une façon de donner une seconde vie plus durable à ce qui était originellement un emballage d'un instant. Cette action leur permet aussi d'employer des femmes locales, de les valoriser et de leur donner un revenu. Cet aspect social est clé dans cette activité artisanale qui permet de donner leur chance à des femmes qui n'ont jamais travaillé.




L'association organise aussi des clean-ups plusieurs fois par mois. Ces clean-ups permettent de nettoyer un quartier d'un village, une rivière ou une école mais sont aussi, à force de répétition, un véritable levier de sensibilisation. Peut-être qu'un jour ces enfants qui ramassent leurs emballages de sucreries et autres bouteilles en plastique réaliseront l'incohérence du geste de jeter un sachet par terre qu'on devra ensuite venir ramasser lors d'un clean-up, trier et recycler... Pour le moment, la route est encore longue avant de modifier les habitudes ! Et si le fait de voir un enfant jeter un sachet plastique par terre à la sortie d'un clean-up pourrait faire baisser les bras à beaucoup d'entre nous, Heike y voit le signe que leur rôle a encore un sens ici.





Bien entendu, toute cette collecte n'aurait pas beaucoup de sens si elle ne s'accompagnait pas d'un centre de tri qui permet de rediriger les déchets là où ils seront le mieux traités. L'association est donc en train de finaliser la construction d'un nouveau centre de tri qui permettra de recevoir plus de déchets.


Bravo à toutes les 2 pour vos engagements et vos missions !

13 vues0 commentaire

댓글


bottom of page